Espèces aquatiques envahissantes - Information sur les données

Figure 1

Des collecteurs sont utilisés pour détecter et suivre la dispersion des EAE sessiles, et plus particulièrement les tuniciers envahissants. 

2006-2016

De 2006 à 2016, ces collecteurs de détection étaient constitués de trois plaques de PVC (10 x 10 cm) enfilées dans une corde et d’une assiette de plastique à laquelle est fixée trois plats de pétris (Figure 1). De juin à octobre, un minimum de six collecteurs étaient installés aux différents sites d’échantillonnage à environ un mètre sous la surface de l’eau, attachés sur des infrastructures portuaires ou en mouillage.

Le monitorage était effectué pour trois périodes différentes :

  • Printemps-été : collecteur installé en juin et retiré en août;
  • Printemps-automne : collecteur installé en juin et retiré en octobre;
  • Été-automne : collecteur posé en août et retiré en octobre.

2017-maintenant

À partir de 2017, certains changements ont été apportés au protocole. Les collecteurs sont maintenant constitués d’une seule plaque de PVC et de trois pétris (Figure 2). Le nombre de collecteurs installés à chaque site a augmenté à dix collecteurs (lorsque possible) et l’échantillonnage a lieu à une seule période (du printemps à l’automne).

À noter que seulement les données associées à la période printemps-automne sont présentées dans l’outil Biodiversité, mais toutes les données des autres périodes d’échantillonnage sont disponibles dans le catalogue.

Figure 2

Dans la mesure du possible, la température et la salinité sont mesurées lors de l’installation et la récupération des collecteurs. À chaque suivi effectué, le pourcentage de couverture des différentes EAE présentes sur les collecteurs est noté en fonction de six classes d’abondance :

Classe utilisée pour la collecte des donnéesPourcentage de couverture (plaque et pétri)Valeur quantitative retenue pour l’affichage (médiane de la classe)
00 %0 %
10-25 %12,5 %
225-50 %37,5 %
350-75 %62,5 %
475-100 %87,5 %
5100 %100 %

Chaque cellule ou point sur la carte correspond à la valeur moyenne de l’ensemble des données qui s’y trouve. Par exemple, si pour une station donnée, il y a 12 observations, la valeur cartographiée sera égale à la moyenne de ces 12 valeurs.